Traveler's Guide to the US Elections 2000

Guide touristique à l'élection américaine pour l'an 2000

Reiseführer für die amerikanischen Wahlen 2000

In French In German We have the power to blow up the world; and the Head Blower-Up will be chosen this year. To assist foreigners struggling to comprehend, to amuse and annoy domestic readers, and to provide myself a forum for rants, I've put up this page, and even translated it into bad French. (The German translation, however, is by Irgend Jemand.)

--Mark Rosenfelder

Latest news [Skip]

12 Nov. 2001 - Footnote: For completeness's sake I should note that Senator Jim Jeffords of Vermont switched parties in May, giving control of the Senate to the Democrats.

And just this week we got the results of a detailed examination of the Florida ballots. It's pretty much a draw-- the results depend on what you count. At least the state recognized that it needed better voting machines and procedures.

29 Dec. - Final update: The election is over; Gore may have got more votes even in Florida, but Comandante Bush and his Partido Republicano Institucional are firmly in power. So it's time to wrap up this page. If you want ongoing rants, however, you're in luck!

14 Dec. - After the Supreme Court ruled against him, Gore finally ran out of options and conceded.

Just about everyone-- candidates, officials, media, judges-- seems diminished. Partisanship has made almost everyone say very silly things... and sometimes, to say the exact opposite silly thing a couple days later.

People wonder if this will harm the republic or its institutions... apparently forgetting what was done to those institutions just two years ago for political ends. Many people are still looking for the sort of dignified amity we heard about in civics class; but anything-goes viciousness was the norm of 19th century politics, and it's back. Why that is is another story.

What will Bush do as President? Not much, probably, judging from his father. The real question is what the Republican Congress will do without a Democratic President to check its excesses. Dissipate the surplus in tax cuts for the rich, to start with.

8 Dec. - It looks like the congressional results are finally in. The Republicans have lost 2 seats in the House, but retained their majority, which is now 221 to 212. They lost 3 seats in the Senate, which is now split evenly, 50-50. But the Vice President breaks the tie, so they'll retain control. (Oddly enough, this is still true if Gore somehow gets in. Lieberman would lose his Senate seat, and the Republican Governor of Connecticut would appoint a Republican successor.)

Most intriguing political theory I've read: the near-even vote means, not that the parties are unusually divided, but that they're unusually close. If both parties run madly for the center, the natural result is a dead heat.

Or maybe they were both lousy candidates.

5 Dec. - No real news... which is good news for Bush. Forget what the lawyers say: the reality is that hand recounts could give Gore the victory, and if there are none, Bush wins. So every day that there are no recounts makes Bush's victory more certain.

Not to cry sour grapes or anything, but I think this election comes with a 'winner's curse'. The winner will deal with a divided Congress, opponents who think the election was stolen, and a declining economy. And that beautiful budget surplus may fade like a mirage.

17 Nov. - OK, a couple gripes.

On the plus side, the close results suggest that neither party is going to be able to do much mischief in the next few years.

13 Nov. - It's still not over.

The foreign media seem to be much more worked up over the story than we are. I think most people wish Floridians could count, and follow arrows; but we don't feel that some sort of Third World scam is going on.

The next week or two will be exciting; but then it'll all calm down. I think a few long-term lessons may be drawn:

  1. The anomaly of the Electoral College is no longer confined to the 19th century. We won't be in a hurry to reform it, but attempts to do so will no longer seem so theoretical.
  2. Quick calls by the news media can cause real confusion (such as Gore's concession-and-retraction, and the Bush campaign's insistance, backed up by nothing but media declarations, that it already won).
  3. Mechanical voting machines are not foolproof. Experts have known this for years, but the Florida recounts have dramatized it. Expect a move to electronic voting.

8 Nov. - Usually we go to sleep on election night knowing who the new President is. This time, no. The results weren't in even when the morning papers closed. They're still not in. We won't know officially till Thursday.

Gore has 49.86 million votes, to Bush's 48.64 million. So, it's close, but he won, right? No. I see I didn't explain the Electoral College below. Sigh.

Thanks to the anti-mob prejudices of the founders, the people don't elect the president-- they elect electors, who then choose a president. In practice, state electors all vote for whoever got the most votes in their state. E.g. Gore won California, so he got its 54 electoral votes.

At the moment, Gore has 260 electoral votes, Bush 246. So, it's close, but he won, right? No, because Florida, with 25 votes, is too close to call. They're doing a recount right now... should be done by Thursday. Bush is ahead by about 1800 votes out of 5.8 million cast. If he retains his lead, he'll have 271 electoral votes, just enough to win... despite losing the nationwide popular vote. This has happened before, most recently in 1888.

In that case, did Nader spoil Gore's win? Well, yes. He got over 96,000 votes in Florida, which would have been more than enough for a solid Gore victory.

As for Congress, final results are not quite in, but it looks like the Republicans lost some seats, but barely retained their majority in both houses.

Hillary Clinton won her Senate seat, allowing the conservatives to rant for another six years about Clintons in power.

3 Nov. - The latest wrinkle: Bush is slightly ahead in the polls... by almost exactly the percentage leftist third-party candidate Ralph Nader is getting. Many are worrying, in fact, that Nader will cost Gore the election. Nader himself clearly doesn't care; he's taking the Leninist tack that radical causes benefit when their enemies are in power.

25 Oct. - It's less than two weeks to the election, so it's well past time to climb out on a weak branch and make predictions.

I suspect Bush is going to get in. Camille Paglia, for once, has it right: "No one wants a glib, smug, smart-alecky elitist in the White House."

The clearest issue in the election is one of (who could guess?) policy: what to do with the budget surplus. Unfortunately, though the electorate has proved that its moral judgment is better than Congress's, it's no damn good at math. It'll swallow Bush's proposals, despite their trillion-dollar errors.

(Executive summary: Bush wants to 'privatize' part of Social Security. Nice idea, except that it's based on an illusion. Your benefits are not paid from the taxes you paid. They're paid for by current workers. Bush's plan will take a huge chunk out of Social Security's in box, without reducing its expenditures. Reduce income, rising expenses: nice way to save the system.)

Races in the House are remarkably close-- the only safe prediction is that the winning party will have a very small minority, and won't be able to indulge itself much. I'll guess the Democrats will take it, though.

Surprisingly, Hillary is doing pretty well, and will probably get her seat.

12 Oct. - What we look for in the debates, mostly, is humiliation. We didn't get any, which leaves us about where we were: a very close race. Bush continues to seem shallow but warm, Gore intelligent but robotic. The New Yorker comments that it's like a race between the two halves of Bill Clinton.

A suspicion grows: four years of either of these means, well, almost nothing. Neither is going to attempt anything big... unless Bush enacts his promised enormous tax cut and sends us back to the era of ballooning deficits.

18 Sep. - A month ago, a USA Today poll found that 47% of voters would never vote for Gore... now it's 37%. So, what, 10% of the voters completely reversed a strong judgment in the last month?

Well, why not? If you watch the polls (a bad habit to get into), it soon becomes evident that about a third of the electorate has no fixed political opinions, but responds (and presumably votes) based on what was on the news in the last week. Since the opinions of the others is fixed and therefore predictable, elections are determined by this volatile and excitable third.

So: the polls right now generally give Gore a slight lead. But pay no attention to this, or to pundits' explanations of it. No one has the race wrapped up.

The current issue, such as it is, is the debate format. Bush is resisting debates, where he is frankly likely to expose his mediocrity, in favor of talk shows, where presumably he feels Gore will expose his.

11 Aug. -- And at the kiddle table: what's left of the Reform Party split in two at its convention. The two candidates-- Pat Buchanan and John Hagelin-- will fight in the courts for $12.6 million in federal money. This is what happens when people too cantankerous for the mainstream parties attempt to form their own...

8 Aug. -- Gore has chosen Connecticut Sen. Joe Lieberman as his running mate. Most Americans, I think, immediately asked themselves, "Who?" They were helpfully informed by the headlines, however, that Lieberman is Jewish. (Here the Dems hope to evoke Kennedy, the first Catholic president, rather than Geraldine Ferraro, the first female almost-VP.)

Lieberman is liberal politically, conservative socially. The Repubs did their best at their convention to shove their extremists into a corner; Gore's choice is an indication that he is trying to do the same. Expect the candidates to spend the race trying to look like each other, and paint the other party as dangerous radicals.

31 Jul. -- The Republican Convention started today. Conventions used to be an important part of the electoral process-- it was where the politicos, in smoke-filled rooms, hammered out a choice of candidate. This is now done in the primaries, leaving the conventions as four-day infomercials. The party generally gets a boost in the polls, but one that doesn't matter much by November.

Behind the scenes, they probably help the party fire up its troops, and remind them there exists, besides the party factions they've been fighting for two years, a complete other party to beat.

27 Jul. -- Candidates traditionally choose running mates that cover the bases they can't. Bush has chosen former Defense Secretary Dick Cheney, whom the papers hail for his "gravitas"-- which says something about how Dubya is perceived.<

Meanwhile, over on the Democratic side, Gore is probably doing something. On the same theory, he needs a running mate who will project warmth. Perhaps Bill Clinton?

7 Jun. -- Giuliani, burdened by cancer and divorce, has dropped out of the New York Senate race. His place was taken by Rick Lazio, a Congressman from Long Island, who will be running on a platform of not being Hillary.

9 May -- The Republicans are proposing, sensibly, to change the primary season so the biggest states vote last, a procedure designed to make it a real contest for a longer period.

McCain just endorsed Bush... a necessary but fishy part of our electoral process. "That guy I spent months tearing apart? Please vote for him!" On the other hand, it's neither attractive nor successful to bolt to a third party.

24 Apr. -- This week the candidates seem to be running for president of Cuba. The politicization of the Elián case, on both sides, has been disgusting. Forcing a 6-year-old boy to make a video opposing his own father is incredibly sleazy; so is Castro's use of the story to distract attention from his own failures.

Bush and Gore have both hinted that the issues should have been resolved in the courts, a position that says more about the importance of Cuban-American votes than about their ability to govern. How could the issue have been resolved in court when the Miami relatives made it clear that they would not obey the law?

8 Mar. -- It's official: you can go back to sleep till the conventions. Gore won all 16 Democratic contests, leading Bradley to hang it up. Bush won 8 of 12 Republican primaries, including all-important California and New York. McCain, despite a very conservative voting record in Congress, went for the center, even (bravely but foolishly) attacking the religious right. You might be able to become President that way, but not the Republican nominee.

23 Feb. -- After losing South Carolina and Delaware, McCain won easily in Michigan and Arizona. Bush blames McCain's appeal outside the party, as if it'd be a bad idea to nominate someone who could win in November. The big test for McCain will be delegate-crammed California-- p where independents can't vote in the primary.

14 Feb. -- The Reform Party, apparently figuring it was not marginal enough, split into two factions. Jesse Ventura, ex-wrestler and party star, left the party just before an ally was kicked out as party chairman. The attempt to create a third party in a winner-take-all system was always dicey; the party now reverts to its status as Perot's paid mouthpiece.

1 Feb. -- McCain did win New Hampshire. The press is going bonkers over this, but it's just the electorate's way of having some fun before settling into a boring coronation season.

The Guide

How does the election process work?
There are three stages: fundraising, which begins soon after the previous election and ends when the first candidate withdraws for financial underperformance; primaries, where each party slings mud at its own candidates till only the nominee remains, and the election itself.

What sort of person runs for President?
A delusional one. The ideal candidate is one who can look at 3% support in the polls and see the People clamoring for his candidacy.

Historically, you have the best chances if you've either won a war or served as vice president or governor. Failing that, during good times you want to belong to the governing party, during bad, to the challengers. And the candidate who's perceived as warmer and more human generally wins.

Who won the fundraising round?
George W. Bush, by a landslide: by last October he'd raised $70 million. Al Gore raised about half as much, perhaps because he knows more Buddhists than wealthy oilmen.

What are the primaries?
A series of state contests designed to undo the results of the previous round. The candidates far down in the ratings hope to build some momentum, and everyone tries to pull down the front-runner.

The season begins as misleadingly as possible with two small and atypical states, Iowa and New Hampshire. The order of the other primaries changes each time, as one state after another decides that its vote is coming too late to be any fun.

When is the election?
American elections are traditionally held on the first Tuesday following the first Monday in November. The Founding Fathers hoped that this formulation would keep the stupid and unfit from coming to the voting booths on the right day. A glance through the gallery of American presidents should show how wrong they were.

Who are the Republican candidates?
George W. Bush and some other guys. Bush is governor of Texas and son of the previous Republican President, who is chiefly remembered for not being Ronald Reagan.

Why are people backing Bush?
Because Republicans are suffering the Dukakis Into Clinton Syndrome: they're tired of losing elections, and so they're switching from wonks who please the hard core of their constituency and no one else, to someone who might actually win.

When the gods are angry they grant our prayers; Bush is likely to be as regrettable a choice as Clinton. At least it'll be amusing to watch the family values crowd attempt to fall in line behind this former party animal.

His main schtick is that he comes across as a "compassionate conservative"... which likely means that he's not going to do anything as President to help the poor, but he'll sound like he wished he could, and that plays a lot better than the upper-class gloating most Republicans can't help emitting.

What's the religious right doing?
Wasting its energy on candidates who aren't going to win, such as Gary Bauer and Alan Keyes.

Who is this John McCain fellow?
An Arizona senator, whose honesty has captivated the press corps, and whose POW experience makes him fairly impervious to direct attack. He's likely to win New Hampshire, which has a taste for eccentricity.

What's happening on the Democratic side?
V.P. Al Gore is facing a challenge from the left, from Bill Bradley. The media, and even the candidates, are doing the best they can to make this look like a real contest.

Bradley seems like a thoughtful, principled guy. So, like McCain, his chances are slim.

Why does Al Gore want to be President?
A sense of entitlement.

Will the Reform Party play any role?

And why's that?
American elections are winner-take-all, so the Richard Nixon strategy applies: during primary season, run as far to the right or left as you can, as appropriate, to win your party's nomination; spend the rest of the year running back to the center, since the election will be determined by the flabby middle of the electorate.

Oh, and because a party that can accommodate Ross Perot, Jesse Ventura, Donald Trump, Pat Buchanan, and Warren Beatty hardly knows what it stands for, except the chance to spend some federal campaign money.

Who's going to win?
It's hard to call. If the economy keeps booming, Gore will have an advantage; but he's a hard-to-like mixture of wonk and robot. His policies are not likely to differ dramatically from Bush's, so the campaign will be fought with innuendo and stereotype, and may be decided by who can put their foot in their mouth the most.

Will the Democrats recapture the House?
Very likely, though not by much. The Republicans barely kept it in the 1998 off-year election, normally a good year for the opposition party. They spent the last year astonishing the nation with their pigheadedness; and their core supporters-- the religious Right-- are disgusted that they haven't done anything to advance theocracy. They need a man like Ronnie Reagan or Newt Gingrich to galvanize the troops. Dennis Hastert isn't that man, and Bush doesn't have wide coattails.

How about the Senate?
The Senate will stay in Republican hands, largely because it moves at a slower tempo-- only 1/3 of the senators are even up for re-election.

Will Hillary Clinton win the N.Y. Senate race?
It'd be highly amusing if she did. But when it comes down to it, I think New Yorkers will prefer to kick mayor Rudolph Giulani upstairs than to vote in some carpetbagging ultra-liberal.

Back to Metaverse

Guide touristique à l'élection américaine pour l'an 2000

Nous avons le pouvoir de faire sauter au monde; et c'est cette année que l'on choisit le Sauteur-en-Chef. J'ai crée cette page, et l'a traduite en français médiocre, pour assister les étrangers qui essaient de nous comprendre, pour divertir et agacer les autres ricains, et pour me donner un forum pour râler.

--Mark Rosenfelder

Dernières nouvelles [Sauter]

12 nov. 2001 - Post-scriptum: Je devrais ajouter que le sénateur Jim Jeffords du Vermont a changé son parti en mai, ce qui a donné le pouvoir au Sénat aux Démocrates.

Et nous venons de recevoir les résultats d'un examen soigneux des scrutins de Floride. C'est plus ou moins match nul : les résultats dépend des critères que l'on utilise. L'état de Floride a reconnu au moins qu'il fallait acquérir des machines et des procédures plus au point.

29 déc. - Bulletin final : L'élection est finie. Les médias sont en train de faire des recomptes, et nous ont déjà donnés de l'évidence que Gore a gagné même en Floride. Mais Comandante Bush et son Partido Republicano Institucional tiennent solidement au pouvoir. Il est temps donc que cette page se termine. Mais si vous voulez que je continue à râler, j'en ai toute l'intention... mais vous devrez apprendre l'anglais. Le monde n'est pas juste.

14 déc. - La Cour Suprême ayant décidé contre lui, Gore restait sans alternatives, et a concédé.

Presque tous --les candidats, les gouvernements, les juges, les médias-- paraîssent diminués. L'esprit de parti a fait à presque tout le monde dire des bêtises... et souvent, dire la bêtise contraire une semaine plus tard.

Les gens se demandent si tout ceci nuira la république ou ses institutions; ils oublient ce que ces institutions ont souffert il y a deux ans, dans le drame politique de l'impeachment. Beaucoup de gens cherche encore cette grave agréabilité dont on nous parlait à l'école; mais la malignité politique sauve-qui-peut était normal au 19e siècle, et elle est revenue. (Je raconte le pourquoi ici... en anglais, je regrette.)

Qu'est-ce que Bush fera comme Président ? Pas beaucoup, on dirait, s'il ressemble à son père. La vraie question est ce que fera le Congrès Républicain sans un président Démocrate pour le contenir. D'abord, dissiper le surplus budgétaire avec des baisses d'impôts pour les riches.

8 déc. - Il paraît que les résultats congressionels sont enfin disponibles. Les Républicains ont perdu 2 sièges dans la Chambre de représentants, mais ont retenu leur majorité, maintenant 221 à 212. Ils ont perdu 3 sièges au Sénat, où tous les deux partis ont 50 votes. Mais le vice-président peut voter s'il y a égalité de voix; les Républicains donc retiendra contrôle. (Étrange à dire, cela est vrai même si Gore gagnera par quelque miracle. Lieberman perdrait son siège, et le gouverneur républicain de Connecticut nommerait un successeur.)

La théorie politique la plus intriguante que j'ai lue : le vote égal indique, non pas que les partis sont très divisés, mais qu'ils sont plus proches que d'ordinaire. Si tous les deux partis courent follement au centre, le résultat naturel c'est une partie nulle.

Ou peut-être que tous les deux candidats étaient de deuxième catégorie.

5 déc. - Pas de vraies nouvelles... donc, bonnes nouvelles pour Bush. Oubliez ce que disent les avocats : la réalité est que les recomptes à main pourraient donner la victoire à Gore, et s'il n'y'en a pas, Bush gagnera. Toute journée donc qui passe sans recompte rendre plus solide la victoire de Bush.

Je veux pas crier que les raisons sont trop verts; mais je pense que cette élection comprend une 'malediction du gagnant'. Celui qui gagne fera face à un Congrès divisé, une opposition qui croit que l'élection leur était volée, et une économie qui tombe. Et ce surplus budgétaire qui est si beau peut s'évanouir comme un mirage.

17 Nov. - Eh bien, je vais râler un peu.

Mais n'accentuons pas le négatif. Le résultat mixte suggère que ni l'un ni l'autre des partis ne pourra faire beaucoup de méchancetés pendant les années qui viennent.

13 nov. - Ce n'est pas encore fini.

La s/tuation déconcerte plus les médias étrangers, paraît-il, que nous. Je pense que la plupart des ricains voudraient que les floridiens apprenent compter, et suivre les flèches sur les bulletins de vote; mais nous ne percevons pas dans tout cela un espèce d'arnaque tiers-monde.

On aura de quoi s'animer pendant une ou deux semaines; mais après ça tout se calmera. Je pense qu'on peut tirer quelques leçons plus permanents :

  1. L'anomalie du Collège électoral n'est plus une affaire du 19e siècle. Nous ne nous dépêcherons pas à le réformer, mais la réforme ne paraîtra plus si spéculative.
  2. Les délarations prématurées des médias peuvent causer beaucoup de confusion (p.e. la concession-et-rétraction de Gore, ou l'insistance de la campagne Bush qu'elle a déjà gagné, idée qui ne se fonde que sur les déclarations des médias).
  3. Les machines méchaniques sont déréglables. Les experts le savaient déjà, mais les recomptes faits en Floride l'ont dramatisé. A espérer : plus d'acceptation pour la votation électronique.

8 nov. - La nuit d'une élection, nous nous couchons d'ordinaire en sachant qui sera notre nouveau président. Cette fois, non. Les résultats n'étaient pas connus même quand on imprimait les quotidiens du matin. Ils ne sont pas encore connus. Nous ne saurons pas jusqu'à jeudi.

Gore a 49,86 millions de votes, contre les 48,64 de Bush. Il a gagné donc, mais étroitement ? Mais non. Je vois que je n'ai pas expliqué le Collège électoral plus bas. *soupir*

Grâce aux préjugés anti-canaille des pères fondateurs, le peuple n'élit pas le président : il élit des électeurs, qui choisissent un président. Dans la pratique, les électeurs des états votent tous pour le candidat qui a reçu la plupart des votes de leur état. P.e., Gore a gagné la Californie, il reçoit donc ses 54 votes électoraux.

Au moment, Gore a 260 votes électoraux, et Bush a 246. Il a gagné donc, mais étroitement ? Mais non. La campagne dans la Floride, avec ses 25 votes, n'est pas encore décidée. On fait une nouvelle addition des voix... on espère la finir jeudi. Bush a la première place, par 1.800 votes... de 5,8 millions. Si Bush gagnera, il aura 271 votes électoraux, le minimum pour gagner l'élection nationale... bien qu'il aurait perdu la vote du peuple. Ceci s'est déjà passé, en 1888.

Dans ce cas-là, Nader aurait-il ruiné la victore de Gore ? En effet, oui. Il a reçu 96.000 votes dans la Floride, ce qui seraient plus que suffisants pour une victoire démocrate.

Quant au Congrès, les résultats finals ne sont pas connus, mais il paraît que les Républicains ont perdu quelques sièges, mais ont retenu leur majorité dans les deux chambres.

Hillary Clinton a gagné son siège au Sénat, ce qui donnera aux conservateurs l'opportunité de râler contre les Clintons pendant six autres années.

3 nov. - Au moment où nous sommes, Bush a plus d'appui dans les sondages... par plus ou moins le percentage exact que reçoit Ralph Nader, le candidat des gauchistes radicaux. Beaucoup de gens s'inquiètent, en effet, que Nader donnera l'élection à Bush. Nader lui-même s'en moque : il suit l'idée léniniste qu'un mouvement radical profite quand un régime de ses ennemis s'indulge.

25 oct. - L'élection se passera dans deux semaines; il faut donc grimper un rameau faible et émettre des prédictions.

Je m'en doute que Bush l'emportera. Camille Paglia, l'intellectuel excentrique, a raison, pour une fois : "Personne ne veut un élitiste effronté et suffisant dans la Maison blanche."

Le thème le plus clair dans l'élection appartient (qui pourrait le devenir?) à la gouvernance : que faire avec le surplus budgétaire. L'électorat a un jugement moral fin mais, malheureusement, ne pige rien des maths. Il avalera les propositions de Bush, même quand elles détruiront la solidité fiscale de la sûreté sociale.

La bataille pour la Chambre de représentants est très proche : la seule prédiction sûre est que le parti gagnant auront une majorité très faible, et ne pourra pas se gâter. Je soupçonne que les Démocrates l'emportera.

Une chose inattendue : Hillary Clinton a des fortes chances dans sa campagne.

12 oct. - Ce que nous attendons des débats, en général, est une humiliation. Nous n'en avons rien reçu; nous restons donc où nous étions : dans une course très égale. Bush paraît encore frivole mais agréable; Gore est un robot intelligent. Le New Yorker remarque que c'est comme un concours entre les deux moitiés de Bill Clinton.

Un soupçon croît : une présidence de l'un ou de l'autre ne signifiera rien. Ni l'un ni l'autre va essayer de grands projets... sauf peut-être la réduction dramatique dans les impôts que contemple Bush, ce qui pourrait nous retourner à l'époque des déficits budgétaires.

18 sept. -- Il y a une mois, un sondage de USA Today a trouvé que 47% des votants ne consideraient jamais une vote pour Gore; aujourd'hui c'est 37%. Bof-- on conclut que 10% des votants ont renversé un grave jugement dans trente jours ?

Probablement que oui. Si vous suivez les sondages (une mauvaise habitude), vous vous rendrez compte du fait qu'un tiers de l'électorat n'a pas d'opinions politiques fixes, mais répond (et, on croirait, vote) d'après ce qu'il s'est passé dans la semaine dernière. L'opinion du reste étant fixe et donc facile à prédire, cet tiers volatile et excitable détermine le résultat des élections.

Ainsi : au moment, les sondages donnent la première place à Gore. Mais il ne faut pas y avoir grand égard, ni aux explanations des commentateurs. Personne n'a gagné cette campagne.

La question du jour est (aussi risiblement) le format des débats. Bush évite des débats, où il ne brillera pas certainement : il préfère paraître sur les talk shows, où Gore, très nerd, tiendrait un désavantage.

11 août -- Et de d'aile dada de la politique américaine : ce qui reste du parti de la Réforme s'est fendu en deux à sa convention. Les deux candidats -- notre Le Pen, Pat Buchanan, et le choisi des Perotistas, John Hagelin-- se combattront à la cour pour les $12.6 millions en aide électoral fédérale. Voilà ce qui se passe quand des gens qui sont trop revêches pour les partis conventionnels cherchent à s'organiser eux-mêmes.

8 août -- Gore a choisi Joe Lieberman, sénateur du Connecticut, comme candidat vice-présidentiel. La plupart des américains se sont tout de suite demandé, "C'est qui ça ?" Les titres des journaux leur ont aimablement renseigné qu'il est juif. (Ici les Démocrates espèrent rappeler John F. Kennedy, le premier président catholique, et non pas Geraldine Ferraro, la première presque-vice-présidente féminine.)

Lieberman est politiquement libéral, socialement conservateur. Les Républicains ont fait tout son possible à leur convention cacher leurs extrémistes; la choix de Gore signale qu'il joue le même jeu. Dans l'automne, les candidats s'efforceront de se ressembler, et de peindre l'autre parti comme des radicaux dangéreux.

31 juil. -- La Convention républicaine a commencé aujourd'hui. Il était un jour où les conventions formaient un étape éssentielle dans le processus électoral : c'était là où les politiciens, dans des chambres pleines de fumée, luttaient à choisir un candidat. De nos jours, cela se fait aux primaires, et les conventions ne sont que de la publicité gratuite. Le parti en profite d'ordinaire aux sondages, mais l'effet se dissipe bien avant l'élection.

Derrière le rideau, les conventions aident sans doute au parti lever le moral des membres, et les faire souvenir qu'il y a, en plus des factions qu'ils ont combattu dépuis deux années, un tout autre parti à opposer.

27 juil. -- La pratique chez les candidats est choisir un partenaire électoral qui offre les vertus qui manquent au candidat. Bush a choisi Dick Cheney, ex-ministre de Défense, qui a, selon les médias, de la dignité. Ça nous apprend quelque chose sur les perceptions qu'on a de Bush.

Cependant, sur la côté démocrate, Gore fait sans doute quelque chose. Selon la même tradition, il doit choisir un partenaire qui semble plus humain. Bill Clinton, peut-être ?

7 juin -- Rudolph Giuliani, qui subit un cancer et un divorce, a abandonné sa candidature pour le Sénat dans le New-York. Rick Lazio, un réprésentant de la banlieue de la ville, le remplacera. Son programme : ne pas être Hillary Clinton.

9 mai -- Les Républicains proposent, avec du bon sens, changer les primaires afin que les états les plus grands votent à la fin de la saison; cela éviterait une décision prématuréee.

McCain vient de donner son approbation à Bush... une étape nécessaire mais louche de notre système. "Ce type que j'ai engeulé pendant des mois? Votez pour lui!" Par contre, courir vers un 3e parti est agaçant, et ne marche pas.

24 avr. -- Cette semaine, il paraît que les candidats se portent pour la présidence de Cuba. La politicisation du cas d'Elián González, ici et à La Havane, est dégoûtante. Contraindre à un garçon de six ans à faire un vidéo où il oppose son propre père, c'est répugnant. Même jeu pour Castro, qui s'en sert du cas pour distraire son public de ses propres défauts.

Bush --et Gore-- ont insinué que la chose devraient être décidée à la cour. Ça les aidera aux urnes à Miami, peut-être, mais ce n'est pas gouverner. Comment le cas a-t-il pu se résoudre à la cour quand la famille à Miami s'est dédiée à défier la loi ?

8 Mar. -- C'est formel : vous pouvez retourner au lit jusqu'à l'été (la saison des conventions). Gore a gagné chacun des 16 primaires démocrates, et Bradley quitte donc la campagne. Bush a gagné 8 des 12 primaires républicaines, y compris les plus importants, la Californie et le New-York. McCain, bien qu'il a voté très fidèlement avec les conservateurs, se dirigeait au centre, et en effet il a attaqué la droite chrétienne, avec plus de courage que de bon sens. On ne gagne pas la nomination républicaine comme ça.

23 fév. -- Après avoir perdu la Caroline du Sud et le Delaware, McCain a facilement gagné dans le Michigan et dans l'Arizona. Bush râle contre l'appui que McCain reçoit dehors du parti, comme si ça serait une erreur nommer un candidat qui pourrait gagner en novembre. L'épreuve clé pour McCain sera la Californie, pleine de délegués, où les indépendants sont exclus du primaire.

14 fév. -- Le Reform Party, qui calculait apparemment qu'il n'était pas suffisament marginal, s'est divisé. Jesse Ventura, gouverneur de Minnesota, star du parti et de l'arène, a décampé, juste avant que le parti a viré son protégé comme président. La tentative de créer un troisième parti dans un système non-parlementaire était toujours douteuse; le parti ne reste que le porte-parole de Ross Perot, le milliardaire nain.

1 fév. -- En effet, McCain a gagné dans le New Hampshire. Les médias en parlent des balivernes, mais ce n'est que la façon de l'électorat de s'amuser avant la saison des primaires, qui sera une coronation pour les candidats principaux.

Le Guide

Comment marche le processus électoral ?
Il y a trois étages: la collection de fonds, qui commence juste après l'élection dernière et finit quand le premier candidat abandonne à cause de sous-exécution financielle; les primaires, où chaque parti diffame ses propres candidats jusqu'à ce que seul le candidat choisi reste; et l'élection même.

Quelle espèce de personne se porte comme candidat présidentiel ?
Délusionelle. Le candidat idéal c'est un homme qui peut contempler des taux de trois pour cent dans les sondes et conclure que le Peuple réclame sa candidature.

Historiquement, vous avez la partie belle si vous avez gagné une guerre, ou si vous avez servi de vice-président ou de gouverneur. Si ça vous manque, dans les temps de prospérité vous voulez appartenir au parti qui gouverne; dans les temps difficiles, à l'opposition. En plus, on élit d'ordinaire le candidat qui a l'air le plus chaleureux et humain.

Qui s'est procuré le plus de l'argent ?
George W. Bush, avec une écrasante majorité : il s'est procuré plus que $70 millions. Al Gore s'est procuré la moitié de cette figure, probablement parce qu'il connaît plus de bouddhistes que de rois de pétrole.

Les primaires, qu'est-ce que ce sont ?
Une série d'élections état par état, dont le but est défaire le résultat du jeu précédant. Les candidats mineurs espèrent acquérir de la vitesse; et tout le monde veut faire tomber le candidat principal.

Pour le maximum de fourvoiement, la saison commence dans deux états petits et atypiques : l'Iowa et le New Hampshire. L'ordre des autres primaires change dans chaque élection, à mesure que chaque état découvre que son élection arrive trop tard pour offrir aucune diversion.

Les élections ça se tient quand ?
Le jour traditionnel des élections américaines, c'est le premier mardi après le premier lundi de novembre. Les Pères Fondateurs espéraient que cette formule empêcherait les bêtes et les inaptes de se présenter aux urnes au jour correct. Un coup d'oeil sur la galerie des présidents américains démontrera la profondeur de leur erreur.

Qui sont les candidats Républicains ?
George W. Bush et des autres gars. Bush est le gouverneur de Téxas et le fils du dernier président républicain, dont on se souvient principalement qu'il n'était pas un Ronald Reagan.

Pourquoi les gens appoient Bush ?
Parce que les Républicains souffrent la malaise Clinton : ils se dégoûtent de perdre les élections, et au lieu des nerds qui ne plaisent qu'aux plus durs de ses constituants, ils contemplent un candidat qui possiblement pourrait gagner.

Quand les dieux sont en colère ils accordent nos prières : Bush sera probablement un choix aussi regrettable que Clinton. Il sera amusant au moins de voir les partisans des "valeurs de famille" se rangeant avec cet ex-playboy.

Sa grande allure c'est qu'il s'annonce un "conservateur avec de la compassion", qui veut dire qu'il ne va rien faire comme Président pour les pauvres, mais il aura l'air qu'il le regrette. Et ça est beaucoup plus rentable que la dédain arrogante que la plupart des Républicains ne peuvent que montrer.

Que fait la droite religieuse ?
Elle perd son énergie avec des candidats qui ne gagneront pas, p.e. Gary Bauer at Alan Keyes.

C'est qui ce type, John McCain ?
Un Sénateur de l'Arizona, dont la honnêteté a captivé les coeurs rétrécis des journalistes, et dont l'expérience comme prisonnier de guerre dans Viet-Nam lui rendre imperméable à l'attaque directe. Il peut bien gagner dans le New Hampshire, qui a un goût pour l'excentrique.

Qu'est-ce qui se passe avec les Démocrates ?
Le sénateur Bill Bradley offre un défi de la gauche au vice-président, Al Gore. Les médias et même les candidats font (aussi bien qu'ils peuvent) l'impression que Bradley n'a pas perdu d'avance.

Bradly paraît un type penseur et intègre. Comme McCain donc, il n'aura pas beaucoup de chances.

Pourquoi Al Gore veut être Président?
Il croit en avoir le droit. Il vient d'une famille politique, il a servi de vice-président. C'est logique, un point c'est tout.

Le nouveau Parti de la Réforme, il jouera un rîle ?

Et pourquoi pas ?
Le système électoral américain n'a rien de la réprésentation proportionelle. La stratégie gagnante est donc celle de Richard Nixon : pendant la saison des primaires, on court aussi loin qu'on peut à gauche ou à droite, pour gagner la nomination de son parti; dans ce qui reste de l'année, on court vers le centre, parce que l'élection sera décidée par le centre flasque de l'électorat.

Bien, et parce qu'un parti qui peut accommoder des riches excentriques comme Ross Perot et Donald Trump, un néo-fasciste comme Pat Buchanan, et un populiste comme Jesse Ventura (le gouverneur de Minnesota), et un gauchiste comme Warren Beatty ne sait guère ce qu'il fait, sinon toucher l'argent qu'offre le gouvernement au candidat.

Qui va gagner ?
Difficile à dire. Si l'économie monte toujours, Gore se jouira d'un avantage; mais il est une espèce de robot, qu'on n'aime pas beaucoup. Sa politique ne différera pas beaucoup de celle de Bush. La campagne se fera donce avec les stéréotypes, et se réduira à la question: quel candidat fera plus de gaffes ?

Les Démocrates vont récapturer la Maison de Répresenants ?
C'est probable, bien que leur majorité sera faible. Les Républicains l'ont presque perdue dans l'élection de 1998-- et les élections non-présidentielles sont d'ordinaire bonnes pour l'opposition. Ils ont dediés les deux dernières années à étonner la nation avec leur obstination incroyable; et le fond de leur appui-- la droite religieuse-- râle parce qu'ils n'ont rien fait pour faire avancer la théocratie. Ils ont besoin d'un homme comme Ronald Reagan ou Newt Gingrich pour inspirer leurs partisans. Dennis Hastert, le président de la Maison de réprésants, n'est pas cet homme; et Bush ne pourra pas faire beaucoup pour les autres candidats.

Et le Sénat ?
Le Sénat restera Républicain, pour la plupart parce qu'il marche plus lentement : seul un tiers des sénateurs seront élus.

Hillary Clinton sera peut-être Sénateur de New-York ?
Ça serait très rigolo : une belle bagarre idéologique. Mais au but du compte, je pense que les new-yorkais préféreront élire Rudolph Giulani, le maire de la ville de New-York, au lieu de cette gauchiste qui se veut new-yorkaise.

Retour a la page principale